Suivez-nous
sur Linkedin
Suivez-nous
sur Twitter
Retour aux actualités

Fusion-Acquisition : l’ère de la Tech

Tech et Fusions-AcquisitionsLa technologie s’immisce désormais dans tous les secteurs. Que ce soit l’alimentaire, avec les foodtechs, l’environnement avec les cleantechs, la santé avec les biotech ou encore la finance, avec les fintechs, toutes ces entreprises hautement technologiques sont devenues des cibles lors des opérations de fusion-acquisition. Pourquoi technologie rime avec valorisation forte ? Les experts d’Auris Finance vous livrent leur analyse.

Récemment sur le marché français, une opération de fusion acquisition a marqué l’actualité. La licorne (start-up valorisée a plus d’un milliard de dollars) Contentsquare spécialisée dans l’analyse comportementale des clients a ainsi opéré une levée de fonds de 500 millions de dollars, soit la plus grosse levée de fonds de la French Tech jamais enregistrée à date. L’entreprise, désormais valorisée à 2,8 milliards de dollars, a séduit des investisseurs français (Eurazeo et Bpi France), mais également américains, a l’instar de KKR ou encore du géant BlackRock.

Majoritairement porté par les megadeals et les opérations de Private equity, le marché des fusions acquisitions se porte bien. L’année 2021 devrait d’ailleurs terminer à des niveaux records : selon Refinitiv, plus de 1 770 milliards de dollars de deals ont été signés dans le monde entre début janvier et fin avril, soit un marché en progression de 124 % sur un an. Parmi les drivers de croissance se trouvent les entreprises de la Tech et notamment les entreprises américaines (les opérations américaines représentant à elles seuls près de 1000 milliards de dollars sur les quatre premiers mois de l’année).

Le marché M&A porté par la Tech

Au-delà de ces opérations spectaculaires, ce sont bien les entreprises à forte innovation digitale qui sont aujourd’hui les plus convoitées. « La composante technologique joue un rôle clé dans l’appréciation de la valeur des cibles », explique Elia Ferreira, Associée responsable technologie et IT, M&A chez Deloitte, dans une chronique parue sur le site Challenges. Selon une étude réalisée par le cabinet de conseil Accenture, à la question « quelles sont généralement les raisons qui motivent une opération de fusion-acquisition dans votre entreprise ? », l’acquisition de nouvelles capacités digitales et le besoin de technologie de nouvelle génération sont respectivement cités par 43 % et 42 % des répondants.

Comment expliquer cette appétence forte pour la Tech ? D’une part la crise sanitaire a induit une accélération de la digitalisation de l’économie. Face à une crise sans précédents, les entreprises ont dû faire preuve à la fois d’agilité et de réactivité. Certaines entreprises les plus innovantes ont d’ailleurs su tirer leur épingle du jeu, en proposant des services digitaux et sans contacts. C’est le cas notamment du secteur de l’agroalimentaire, mais également du secteur du nettoyage et des services associés.

Une composante tech qui concerne désormais toutes les entreprises

Au-delà des entreprises innovantes, chaque entité, quel que soit son secteur d’activité doit désormais répondre à des impératifs d’innovations digitales. Ainsi, même pour les entreprises dont la technologie n’est pas le cœur d’activité, en cas de rapprochement ou de cessions, celles-ci verront leurs systèmes informatiques passés au crible par les acquéreurs potentiels. La robustesse et l’agilité des systèmes seront ainsi évalués, afin d’éviter à l’acheteur toute déconvenue face aux grands enjeux actuels tel que le développement du télétravail ou encore la vente et l’accompagnement à distance des clients, met en garde Elia Ferreira dans sa chronique. Autant d’éléments qu’il faudra donc soigner avec particulièrement d’attention dans le cadre d’un processus de vente ou d’acquisition d’entreprises.

Quel que soit votre projet, cession d’entreprise, fusion-acquisition ou encore levée de fonds, les experts Auris Finance vous accompagnent.