Retour aux actualités

05/07/2024

Structuration amont et prise en compte de l’extra financier : deux indispensables à tout projet de M&A

Extra financier

Ce n’est pas parce que les chiffres sont cohérents qu’un mariage sera forcément heureux. En matière de fusion-acquisition, il n’est pas rare que des cibles – a priori idéales – se révèlent très difficiles à intégrer. Les experts d’AURIS Finance, cabinet de conseil en opérations de fusion-acquisition vous livrent leurs conseils.

Dans un contexte macro-économique incertain et sur fond d’inflation, les opérations de fusion-acquisition ont accusé un fort repli. En 2023, le montant cumulé des opérations de M&A dans le monde s’est replié de 21 % sur un an, atteignant un point bas sur 10 ans. L’année 2024 devrait cependant se terminer à de meilleurs niveaux, notamment au sein du marché français. Selon les chiffres du classement Refinitiv (LSEG), au premier trimestre 2024, les transactions franco-françaises ont augmenté de +24%. La France est au 7e rang mondial pour les transactions entrantes (17,4 milliards de dollars de transactions impliquent une cible française) ; tandis que les transactions sortantes atteignent 18,9 milliards de dollars.

De l’importance de l’extra financier

Néanmoins, tous les rapprochements ne se soldent pas par un succès. Loin de là : près de 70 % des fusions et des acquisitions d’entreprises n’atteignent pas les objectifs stratégiques attendus. En cause ? Une mauvaise préparation amont et une attention trop faible portée au volet humain. Ainsi, toutes les opérations se concentrent principalement sur deux volets : la faisabilité financière et la stratégie post rapprochement à mettre en œuvre. Il est cependant fondamental de ne pas négliger le facteur humain. En effet, une opération de rapprochement est source de stress chez les collaborateurs, tant du côté de la cible que de celui de l’entreprise qui intègre une nouvelle entité. Les rumeurs de synergie peuvent laisser croire à de nombreux départs. C’est la raison pour laquelle, il convient de dresser un audit RH en amont de la transaction, puis de communiquer tout au long de l’opération. Cet audit permettra d’offrir visibilité et transparence aux collaborateurs qui seront mieux à même de se projeter et de s’impliquer au sein de la nouvelle organisation.

Préparer l’entreprise à sa croissance future

L’autre écueil consiste à passer sous silence les éléments non financiers. Ils sont pourtant déterminants dans une opération réussie. Au-delà de la création de valeur financière de la nouvelle entité créée, il s’agira également d’étudier la faisabilité du modèle dans son ensemble. Pour ce faire, il conviendra d’aller au-delà de la simple analyse du modèle économique et de son évolution post-acquisition. Un travail de structuration opérationnelle peut permettre de préparer l’entreprise à sa croissance future. Il s’agit de placer l’entreprise acheteuse en mesure d’accueillir sa cible. Tous les volets devront être étudiés et chaque étape devra être finement pilotée. Les impacts RSE devront être pris en compte en amont de l’intégration de la cible. Cela permettra d’anticiper la stratégie future. Dans ce contexte, la présence du dirigeant de la cible est – à ce stade – déterminante. Il permettra de construire un plan chiffré, impliquant toutes les parties de l’organisation.

Nos experts à vos côtés

Un chef d’entreprise, lorsqu’il est entouré de conseils, se donne les moyens d’atteindre ses objectifs stratégiques. Au sein du cabinet de conseil AURIS Finance, nos experts sont spécialisés par secteurs. Nos spécialistes sont tous d’anciens chefs d’entreprises qui, au cours de leur carrière, ont connu des opérations de cessions et de rapprochements. Accompagnés d’analystes financiers, ils se placent à vos côtés tout au long de votre opération et élaborent avec vous un travail amont de structuration opérationnelle.

Contactez-nous


#AURIS Finance