Suivez-nous
sur Linkedin
Suivez-nous
sur Twitter
Retour aux actualités

Dark Store : des supermarchés sans clients

Dark Store : des supermarchés sans clients
Dark Store

Pour répondre aux attentes des consommateurs, le secteur de la grande distribution n’a de cesse d’évoluer et d’innover. La crise sanitaire a vu le déploiement de supermarchés nouvelle génération.

S’ils ne sont pas destinés à recevoir du public, l’organisation de leur rayonnage permet aux manutentionnaires de se repérer très rapidement.

Les experts d’Auris Finance analysent le développement de ces « dark store », véritable tendance de fonds du secteur de la grande distribution.

La crise sanitaire a induit de nouveaux comportements d’achats chez les consommateurs qui sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le drive et la vente à distance pour les produits de consommation courante.

Si les achats à distance ce sont intensifiés avec la crise de la Covid-19 et les mesures de distanciation sociale, le phénomène semble s’inscrire dans la durée : en France, en 20 ans, le chiffre d’affaires du e-commerce a été multiplié par 100, avec 40 millions de Français désormais adeptes des achats en ligne, selon les chiffres livrés par la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance). Une tendance mondiale, puisque, selon le cabinet de conseil IGD, la vente en ligne de produits alimentaires devrait progresser de 20,4 % entre 2018 et 2023.

Revoir la chaine d’acheminement pour gagner en efficacité

À l’arrière, les géants de la grande distribution s’organisent pour gérer leurs stocks et acheminer les marchandises. Largement inspiré des marketplaces de type Amazon, le concept de « Dark Store » vient des États-Unis.

Le principe : organiser les entrepôts tels des magasins afin d’améliorer l’efficacité de la préparation logistique des commandes. Outre-Atlantique, un dark store mesure ainsi en moyenne près de 4 000 mètres carrés. Sur le modèle des entrepôts imaginés dès le début des années 2000, ces gigantesques espaces de stockages organisés par rayons permettent aux opérateurs de sélectionner les articles achetés en ligne par les consommateurs avant de les expédier.

S’ils sont souvent localisés en dehors des centres urbains, les différentes mesures instaurées partout dans le monde pour lutter contre la propagation du virus ont induit de nouvelles formes d’organisation.

Espace de stockage et point de vente au même endroit

Ainsi, les dark stores se sont multipliés, tandis que les magasins traditionnels ont trouvé de nouvelles fonctionnalités. En France, les magasins ont pu être sollicités la nuit, afin d’acheminer les commandes et de soulager les entrepôts au plus fort des pics de demande.

« Les deux confinements en France ont été un accélérateur d’innovation et un test grandeur nature pour beaucoup de boutiques. Les réserves ont été réaffectées dans le magasin pour permettre aux vendeurs/préparateurs de retrouver facilement les articles. La surface de vente s’est transformée en zone de picking, les caisses en zone de packing et le quai en zone d’expédition. Tout a été optimisé pour maximiser le nombre de commandes préparées en mobilisant un minimum de collaborateurs, dans le respect des règles sanitaires », explique dans une chronique, Vincent Vila responsable R&D du groupe OneStock.

Fonctionnement 24h/24 et 7j/7

Pour le secteur de la grande distribution non alimentaire, fermé au public lors des périodes de restriction, ces magasins deviennent alors des lieux de stockage, permettant l’acheminement des commandes réalisées online ainsi que la mise en œuvre d’un service de click and collect. Les distributeurs ont ainsi la possibilité de poursuivre leur activité en devenant centres de préparation de commandes. Une façon de soulager les entrepôts centralisés, mais également d’écouler les stocks, en vue d’une reprise d’activité avec de nouveaux stocks.