Suivez-nous
sur Linkedin
Suivez-nous
sur Twitter
Retour aux actualités

Révolution numérique et fusions-acquisitions : les prémices d’un nouveau monde

Révolution numérique et fusions-acquisitionsLes prochaines années devraient être le théâtre d’un bouleversement profond dans le monde de l’entreprise. Selon Gartner, leader mondial de recherche et de conseil, anticipations de reprise, révolution numérique et fusions-acquisitions sont les trois principaux sujets à retenir qui annoncent un monde changeant, tant au niveau économique que sociétal et environnemental. Précisions avec les experts d’AURIS Finance, société de conseil en fusions-acquisitions.

Les dirigeants optimistes pour 2021 et 2022

Selon une étude de Gartner menée auprès de 465 dirigeants d’entreprises nord-américaines, européennes, moyen-orientales, africaines et asiatiques fin 2020, près de 60 % d’entre eux sont prêts à penser que 2021 sera une année de forte croissance, contre 40 % qui misent plutôt sur une stagnation. De plus, 35 % prévoient, en outre, de retrouver, voire de dépasser les revenus enregistrés en 2019.

Un optimisme nouveau d’après Thomas O’Connor, directeur analyste senior de la pratique de la chaîne d’approvisionnement de Gartner. En effet, il a souligné que, lors de la précédente enquête annuelle de Gartner au quatrième trimestre 2019, de nombreux PDG prévoyaient un ralentissement économique pour 2020, et ce sans savoir qu’une pandémie mondiale allait survenir. « Ces PDG prévoyaient déjà une réduction des embauches, l’importance de l’optimisation des coûts, mais aussi une augmentation des efforts de numérisation. Et c’est exactement ce qui s’est passé, bien que pour une raison très différente. »

La révolution numérique en marche

Ces dernières années, les entreprises qui n’avaient pas pris le tournant digital ont souffert. D’ailleurs, d’après La transformation digitale des entreprises : Principes, exemples, mise en œuvre, impact social, le livre d’Océane Mignot paru en 2019, 52 % des entreprises figurant sur la liste Fortune 500 en 2000 ont disparu. Et la pandémie a accéléré le mouvement. De quoi comprendre pourquoi les changements liés aux nouvelles technologies constituent la deuxième priorité des sondés, la première étant la croissance. Gartner insiste même sur une question de vocabulaire en précisant que 20 % d’entre eux utilisent le mot « numérique » contre seulement 2 % en 2012. Et c’est naturellement dans le numérique que les PDG souhaitent désormais investir.

Des opérations de fusions-acquisitions en vue

La question des fusions et acquisitions est la troisième priorité des entreprises. Gartner précise que la référence à ces deux termes (fusions et acquisitions) est en augmentation de 75 % par rapport à l’enquête menée l’année précédente. Preuve que la croissance externe devient une préoccupation majeure. Néanmoins, les opérations de cessions et d’acquisitions doivent prendre en compte les évolutions conjoncturelles, mais aussi structurelles de notre société. Et plus que jamais, les due diligences doivent être réalisées avec le plus grand soin. Les équipes d’AURIS Finance sont prêtes à vous accompagner dans toutes les étapes du processus en cas de rapprochement.

Un monde qui change

Pour 80 % des PDG, la pandémie a engendré de façon permanente des changements sociétaux. La question du télétravail, même dans sa version partielle, en est le parfait exemple. Il en est de même pour la consommation. Ainsi, même si les effets de la Covid-19 vont en s’atténuant, les dirigeants ne s’attendent pas à une augmentation significative de la consommation, c’est le cas notamment pour le secteur des voyages tant touristiques que d’affaires.

Un nouveau monde, plus juste, plus vert

Enfin, dans l’étude de Gartner, 39 % des PDG ont déclaré qu’ils allaient s’attaquer activement aux questions de justice sociale et de durabilité. Quant à l’aspect environnemental, 45 % des sondés ont précisé que leurs activités avaient déjà ressenti les conséquences du changement climatique. Un pourcentage relativement élevé qui montre l’importance du sujet pour les entreprises et la nécessité pour les dirigeants d’agir.