Retour aux actualités

07/07/2023

Financement des entreprises technologiques : 7 milliards d’euros engagés d’ici 2026

Financement des entreprises technologiques

C’est à l’occasion du salon Vivatech que le président de la République a annoncé le lancement de la deuxième phase de l’initiative tibi. Sept milliards d’euros seront engagés d’ici 2026 afin d’accompagner le développement des entreprises technologiques. Explication par les experts d’AURIS Finance, cabinet de conseil en opérations de fusion-acquisition.

« Priorité à la décarbonation de l’économie et aux projets de haute technologie ». Annoncé par Emmanuel Macron à l’occasion du salon européen de la Tech, Vivatech, la deuxième phase de l’initiative tibi a été entérinée fin juin par le ministère de l’Économie et de la Souveraineté industrielle et numérique. Vingt-huit investisseurs institutionnels, parmi lesquels se trouvent de nombreux assureurs, ont apposé leur signature au texte. Ces investisseurs se sont d’ores et déjà engagés à hauteur de 7 milliards d’euros sur trois ans, soit un milliard de plus que le plan précédent.

Consolider les financements de l’écosystème Tech

Imaginé en 2019 par l’économiste Philippe Tibi, l’objectif de l’initiative est d’augmenter la capacité de financement des entreprises technologiques en mobilisant l’épargne des investisseurs institutionnels. « Les start-up françaises ambitieuses ne trouvaient pas, sur notre sol, les financements suffisants pour devenir des leaders mondiaux ou européens. D’où la volonté de soutenir l’émergence de fonds de venture / growth d’envergure, sur le volet non-côté, et de participer au financement de fonds global Tech, sur le marché coté », expliquait l’économiste dans un entretien livré en 2021. Le premier volet du dispositif avait réuni 25 participants pour 6 milliards d’euros déployés sur trois ans. Avec 45 fonds positionnés sur le volet non coté et 25 fonds sur le côté, tibi 1 avait permis, au total, de collecter 30 milliards d’euros.

Une poche de financement bienvenue

La seconde phase de l’initiative tibi est marquée par une priorité forte donnée à la transition énergétique. Au-delà des start-up bien établies « late stage », les investissements se porteront également sur des profils d’entreprise « early stage », c’est-à-dire des entreprises en passe d’opérer une toute première levée de fonds. Malgré le niveau important d’engagement des acteurs institutionnels – 7 milliards d’euros pour l’initiative tibi 2- les négociations n’ont pas été faciles. « Je sens trop de frilosité chez nos amis du fonds de Tibi. On a besoin de vous. Il ne faut pas attendre que ça aille mieux pour investir », avait déclaré le chef de l’État fin février, à l’occasion de l’annonce des nouveaux membres des indices Next 40 et FT120.

La French Tech résiste

Avec la fin de la politique des taux bas et le contexte géopolitique incertain, les entreprises innovantes éprouvent des difficultés à se financer. Néanmoins, les entreprises françaises résistent. En 2022, la French Tech a levé 13,5 milliards d’euros, un record qui place l’hexagone comme premier écosystème pour le financement des nouvelles technologies au sein de l’Union européenne. Au classement des licornes dans le monde (entreprises dont la valorisation est supérieure à 1 milliard d’euros), la France, qui en compte désormais 27, tient la septième place du classement. En première position se trouvent les États-Unis avec 712 licornes, suivis de la Chine avec ses 248 licornes.

Faites-vous accompagner

En Europe, la France se distingue par son écosystème d’entreprises innovantes. Le second volet de l’initiative tibi est une véritable opportunité pour les entreprises qui cherchent à se financer et notamment pour les jeunes pousses qui tentent d’opérer leur toute première levée de fonds. Nos experts sont spécialisés par secteurs et vous accompagnent tout au long de votre recherche de financement.

Contactez-nous